Titane (2021)

festival de cannes vector

Titane

Réalisé par Julia Ducournau

Avec Vincent Lindon, Agathe Rousselle, Garance Marillier
Pays:  Belgique,   France
Genres : Drame, Horreur, Thriller, Mystère
Durée : 1 h 48 min
Année de production : 2021
7.5/10

Julia Ducournau film Titane Agathe RousselIncisif, Titane, vainqueur de la palme d’or à Cannes est un trip viscéral et émotionnel. Réalisée par la réalisatrice de Grave, Julia Ducournau offre un élan au cinéma français en imposant un genre qui lui est propre. Si le synopsis semble peiner à nous livrer tous ses secrets, on remarquera l’aisance de Ducournau à filmer la mutation, la déformation des corps, certainement inspiré par le travail de David Cronenberg. Ici, son approche des « corps » est profonde et nous prend aux tripes. Un film qui a de l’audace, à l’image du plan-séquence d’une des premières scènes du film, dans la boîte de nuit, particulièrement impressionnante et envoûtante.

Titane renverse et bouscule les codes de représentation du sexe et du cinéma dans sa généralité. Titane a la faculté d’offrir un scénario qui prend la tangente sur les clichés auxquels on s’attendait pour totalement se détourner de sa directive première. En effet au début, on pensait avoir affaire à un énième « film crade avec une tarée qui tue tout le monde » et bien vite le film abat ses atouts scénaristiques avec plusieurs thématiques telles que le deuil, l’amour désintéressé, la peur de la grossesse et d’accouchement.

Titane enchaine les moments de malaise. La cinéaste livre un drame humain avec une mise en scène d’une force rare qui happe le spectateur, tout ceci mélangé dans un délire cyberpunk violent et réaliste. Vincent Lindon n’a jamais été aussi bon dans un corps bodybuildé oubliant ses rôles très académiques précédents. Incroyable qu’un comédien de sa stature ait accepté ce rôle. Une prise de risque à saluer. Agathe Rousselle n’a rien de sexy mais à travers son fanatisme hors norme, son personnage répugnant conserve pourtant une part de sensualité.

Indirectement la réalisatrice dénonce aussi un sujet d’actualité en proposant un personnage qui n’est définitivement ni masculin, ni féminin. Cette binarité ne semble d’ailleurs plus avoir grand sens. Il importe peu, en fin de compte, à Vincent d’appeler son fils, sa fille, par un prénom genré. A l’image de la tonalité du film qui n’a plus vértibalement de genre!

Radicales, les scènes telles que le lavabo ou le tabouret deviennent des moments clés qui ne s’oublient pas forçant autant le malaise que la fascination et parfois même le rire (jaune)! Certains détesteront, certains adoreront, mais ce film est une expérience à vivre sur grand écran et ne pourra pas laisser le spectateur de marbre.

Julia Ducornau réussit à insuffler son propre univers fait d’étrange, de violence et de sexe dans un film qui va faire couler beaucoup d’huile d’encre. Titane est agressif et bouleversant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.