Volte/Face (1997)

Volte/Face

Réalisé par John Woo

Avec John Travolta, Nicolas Cage, Joan Allen
Pays:  États-Unis
Genres : Action, Crime, Science Fiction, Thriller
Durée : 2 h 19 min
Année de production : 1997
9.5/10

Ce film a été longtemps mon « feel good movie » et il l’est toujours d’ailleurs. Il a un capital de sympathie tellement énorme que même avec les petits défauts qu’il comporte (comme les cascadeurs tout aussi visible que les acteurs, spécialité de Woo qui exagéra dans Windtalkers) je ne peux absolument pas en dire du mal.  Je vous vois déjà arrivé avec votre comparaison avec la période HK (et la similarité en action avec A toute épreuve) mais je m’en fout, ce film je l’aime pour ce qu’il est et ce qu’il m’apporte. Un moment divertissant, survitaminé avec un scénario certes basique mais véritablement bien écrit. Les personnages Sean Archer et Castor Troy sont deux rivales qui sont aussi bons à nous donner de l’action, que de l’émotion et surtout qui ont la classe. Chacun d’entre eux s’enfonce dans un coté obscure qui vont très vite mal maitriser. L’inversion de leur visage va vite compliquer la situation surtout pour Sean, enfin Castor qui se retrouve être le méchant et non le gentil.

Si ce film fonctionne très bien c’est aussi grâce aux deux acteurs. Le duo Travolta/Cage crève l’écran. Leurs expressions sont toujours justes, qu’ils soit du bon ou du mauvais coté. Et c’est un rare film on l’ont apprécie autant le méchant que le gentil ou inversement. Y a un vrai échange entre les deux acteurs/personnages.

Niveau scène, la première est percutante et efficace. Elle commence par un flash back sur les deux personnages qui vont se livrer dans le futur une guerre sans merci. Cage, campé en prêtre va être vite rattrapé par la réalité. La première scène d’action nous met en jambe. Les deux golden gun de cage transperce l’écran, face à un Sean au ralenti qui saute à travers une nuée d’étincelle et d’explosion. Autant les ralentis à outrance ça gave, autant là c’est bien gérer. Y a pas à dire, les colombes au ralenti dans une église face à une musique avec des coeurs, ca met des frissons dans le dos. La scène de Troy face au miroir, avec Archer juste derrière qui vise son reflet mais aussi son rival c’est tout simplement magistrale. Ca ne peut qu’être une bonne idée surtout quand on connait l’histoire du film. Et puis y a la scène de bateau (avec un coté Speed 2 sorti quelques mois avant) qui dépote bien, qui on peut le dire fait dresser l’zizi. En plus j’ai beau l’avoir vu 30x j’avais jamais fait gaffe qu’il duré 2h20, j’aurai pensé qu’il en faisait 45 minutes de moins!

Mon film de chevet. Le film dont je me lasserai jamais, avec en fond sonore, une B.O magnifique et entrainante. On peut le dire, on est « Face (Off) » au meilleur film d’action des années 90.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.